L’expérience de Melissa { témoignage }

img-temoignage-mel

Hi dear !

Melissa a participé à un échange qui lui a permit de visiter la France. Elle a découvert avec plaisir ce beau pays. J’ai eu la chance de pouvoir échanger avec elle de cette expérience formidable. Je lui ai proposé d’en faire un article, comme un petit signe adressé à ceux qui ont peur de partir à l’étranger.  Imaginiez que vous avez face à vous une jeune fille souriante et pleine d’entrain. Laissez cette jolie Australienne a l’humour piquant et aux anecdotes savoureuses vous raconter son voyage et ce qu’elle en a tiré.

                                                                                                                                        Paule

J’étais venue en France avec l’envie d’une expérience formidable.

J’en ai vécu beaucoup, bien loin de ce tout ce que j’avais pu espérer. Je ne savais pas vraiment que je devais attendre de ce voyage. Je savais seulement que cette expérience allait, avec un peu de chance, changer ma vie. J’étais persuadée que mon français était plus que mauvais, que je ne comprendrais rien et que personne ne me comprendrait. Mais j’espérais quand même que ça serait le plus beau voyage de ma vie.

Mes amis me répétaient que ce voyage allait être formidable, jusqu’à ce que je leurs dise que je partais pendant les vacances et qu’en France ce serait l’hiver. Alors ils étaient un peu moins positifs et me disaient des choses comme « ew how boring why would you want to go to school during the summer holidays ». Mais je pensais tout le contraire. Moi qui suis d’habitude si négative, je me disais au contraire que ça allait être une expérience intéressante, que je n’aurais pas réellement besoin de travailler (et que je pourrais parler en cours). Bon, j’ai été un peu déçue, l’école était, soyons honnête, un peu ennuyeuse. L’école en France est beaucoup moins « interactif » qu’en Australie, les profs sont plus autoritaires et les gens ne peuvent pas vraiment parler. Les journées sont plus longues qu’en Australie où on commence à 8:30 et fini à 15:30 chaque jour. Mais j’ai trouvé que ce n’était pas trop mal. J’appris beaucoup à l’école française. J’ai appris que quelque fois c’est en fait des petits chose qui sont le plus gratifiantes, comme finalement comprendre une conversation normale dans un autre langue ou même rencontrer d’autres personnes et leur parler. J’ai rencontré quelques personnes extrêmement gentilles et incroyables en France et j’espère qu’on va rester en contact.

La France elle-même est un pays incroyablement joli. Le fromage et le pain c’est vraiment bon, c’est pas surfait ! La nourriture ne m’a pas déçu du tout. Des raclettes, de la galette de roi, des fondues, des crêpes, des croissants, des macarons et bien sûr des baguettes, tout cela a très bon goût.

Pendant mon voyage, j’avais beaucoup de chance parce que la famille de ma correspondante était extrêmement gentille et ils m’a montré pas mal de endroits en France. Aix en Provence bien sur, parce qu’ils habitent tout près de là mais aussi Marseille, Alsace, Chamonix, et le beau Paris.

Paris est vraiment formidable. J’ai entendu beaucoup de gens dire que c’est super surfait et il que ce n’est pas à la hauteur. Peut-être qu’ils avaient tort ou peut-être que j’avais mal compris mais j’ai trouvé Paris aussi bien que tout ce que j’imaginais, sinon mieux.Tous les bâtiments sont joli, même ceux qui n’ont pas de fonction spéciale. Peut-être il y a des endroits un peu sales mais je m’en fiche, ça ajoute du charme.

Mais bien que Paris soit tout que j’imaginais, mon expérience de Paris n’etait pas exactement idéale. Et ça c’était ma faute. Je suis, et j’ai toujours été, quelqu’un qui aime faire beaucoup de chose, je déteste perdre mon temps, je déteste m’ennuyer, et j’aime la liberté. J’avais envie de tout voir tout faire. Je pense que ça a été le week-end le plus frustrant du voyage.

Mais j’ai appris quelque chose très important. C’était quelque chose que j’ai connu que je devrais faire depuis longtemps, et il avait l’air simple mais c’était toujours très difficile pour moi de faire en réalité. J’ai appris que je ne dois pas vouloir tout essayer, et qu’à essayer de tout faire je n’apprécie jamais le présent. Je suis si concentrée pour être heureuse et tout faire qu’en fait c’était exactement ça m’empêche d’être heureuse et vivre le moment présent.

J’ai appris encore beaucoup de choses pendant ce voyage. Je me connais mieux maintenant ? J’ai découvert qui je suis sans mes amis, sans ma famille et sans ma langue maternelle. J’ai gagné beaucoup de confiance en moi, pas seulement à propos de mon français mais aussi en général.

Sur l’avion de Marseille à Paris, j’ai commencé un conversation avec une femme et on a parlé pendant 50 minutes en juste français. Pour moi, c’était la meilleur fin de voyage possible.

Au moment de mon arrivée en France j’étais stressée, je me disais que mon français était mauvais et que j’allais manquer de temps. Et puis découvert qu’on pouvais vivre l’instant présent.

Avant d’y aller, je pensais que je retiendrai surtout de la France sa culture et ses coutumes. Si je garde bien sûr de tout ça un excellent et impérissable souvenir, ce sont les rencontres qui m’ont le plus marquée. Pour pouvoir m’attarder sur le paysage, les rues, explorer vraiment ce pays, je dois y retourner seule. La véritable difficulté pour moi n’a pas été la langue mais de devoir habiter dans une famille, qui était pourtant adorable.

Durant ce voyage, j’ai autant appris sur la France que sur moi-même.

Melissa

Laisser un commentaire