Me faire opérer des dents de sagesse

Me faire opérer pour la première fois

Hello !

Au moment où j’écris ces lignes, je suis tranquillement allongée sur mon lit. J’ai la tête dans les nuages et je vis au ralenti.

Alors me direz-vous, de quoi me suis-je faite opérer ? Et bien, comme beaucoup de gens des dents de sagesses.

Beaucoup d’amis m’ont demandé d’écrire mon ressenti et le déroulement de cette opération toute simple, qui ne dure qu’une demi-heure au maximum. Alors je me suis dit qu’il serait intéressante de partager mon expérience ici aussi.

Alors à Louna, Pierre, Andrée et Emma, qui m’ont posé la question sur les réseaux sociaux ou par mails, voici enfin votre réponse. Et vraiment, faites confiance et laissez-vous porter !

Et vu appréhension que j’en avais, je pense qu’il est intéressante de vous dire que ça s’est très bien passé.

Et que, contre toutes attentes (sauf celles du médecin, qui me l’avait dit) je ne suis pas gonflée. Du tout. Je ne ressent qu’un léger tiraillement. Alors, ça doit dépendre des réactions et des difficultés de l’opération, mais mes dent étaient cachées bien profond et j’ai une petite mâchoire.

Le seul mot d’ordre : faire confiance.

Je n’y connais rien, et c’était la première fois que je mettais les pieds dans une clinique, du côté patient et pas visiteur. Et je me suis laissée porter. Stressée de nature, j’avais peur de mal répondre à une question, de faire quelque chose de travers et de tout faire foirer.

Rien de tout ça. j’ai été guidée, choyée, rassurée. Personne n’a ris de mes questions, que je trouvais pourtant bizarres ou ridicules. J’étais un peu tendue mais tout allait bien.

Et puis on m’a emmenée, sur mon lit roulant, avec ma couverture et je n’ai plus observé que les plafonds et les visages qui se penchaient sur moi. Et je peut vous dire que je flippais correctement. On m’a posé toujours les mêmes questions, pour vérifier que j’étais consciente et que tout allait bien.

Alors oui, on m’a posé deux fois le cathéter, une fois au creux de bras, et la seconde sur la main.

J’en avais peur mais une fois la piqure passée, je n’ai rien senti.

Et puis, on m’a mis un masque à oxygène et on m’a fais une piqure.

Tout allait bien, et sans que rien ne se mette à tourner, je me suis endormie.

Au réveil; j’avais la sensation d’avoir émergé dans mon boxe, bien que je sache que j’ai d’abord ouvert les yeux en salle de réveil.

En résumé, je pense que j’arriverai plus détendue la prochaine fois, maintenant que j’ai vu l’envers du décor.

Paule

Laisser un commentaire