Ce qui change quand tu apprends le chinois

Ce qui change...

J’apprends le chinois depuis maintenant plus de 5 ans. Et j’ai remarqué quelques changements, dans ma vie de tout les jours…

Alors sinisant, non sinisants (vous nous prendrez peut-être moins pour des fous) ou simples intéressés, voilà une petite liste non exhaustive des choses qui changent quand tu apprends le chinois.

  • Tout le monde a déjà connu la fameuse question « Pourquoi ? ». Parfois, tu es de bonne humeur, les oiseaux chantent, il fait beau, et tu te lance dans un exposé des différentes raisons qui t’ont poussées à faire ce choix et du bonheur que ça t’apporte. D’autres fois, tu en as marre, du boulot par dessus la tête et tu enverras violemment voir ailleurs le parasite.
  • Personne ne comprends ce qu’est un pinyin, un ton (ou autre subtilité). Tu ne peux donc te désespérer qu’avec tes semblables, sinon il faut que tu trouves la foi d’expliquer aux autres ce que c’est. Sachant que parfois tu n’as toi-même pas bien compris.
  • Tu as déjà écrit 50 fois le même caractère, pour l’oublier le lendemain. Plusieurs fois même. En fait tout le temps. Et ça te gonfles…
  • Tes devoirs maison ne ressemblent à aucun autre : en plus de revoir tes cours, réapprendre les caractères que tu as oublié (il faut bien), et faire tes exos (voir point précédent), tu as généralement des calligraphies à réaliser. En gros, ton prof te montre une fois et dans une maîtrise parfaite du geste la phrase. Et te laisse te dépatouiller et t’arracher les cheveux chez toi. Avec violence et force de grossièretés
  • Une règle d’or : tu trouveras toujours moche ce que tu viens de calligraphier. Même au bout du 25ème essai. Tu frôleras la crise cardiaque quand tu verras que tu as ajouté un trait, (faute grave). Mais l’encre chinoise, eh bien ça ne s’efface pas… Bonne chance
  • En parlant d’encre, lors de ta première année de calligraphie (c’est à dire généralement ta deuxième ou troisième année d’apprentissage), tu a acheté de l’encre sous forme solide, compliquée à utiliser et difficile à doser, pour perpétuer la tradition. Une fois celle-ci finie, tu te rabattra comme tout le monde sur de l’encre déjà liquide, dans un bidon moche mais tellement plus pratique. Certes tu ne pourras pas vraiment varier les textures, mais entre nous, on s’en fout un peu vu notre niveau.
  • En parlant de ces fournitures, à moins d’être un pigeon ou d’avoir des profs particulièrement méchants, c’est par leur intermédiaire que tu achètera ton matériel. Papier, encre et pinceau, ainsi que sceau et autre « Trésors du lettré », c’est grâce à eux que tu les obtiendra entre 15 et 20 fois moins cher. Vive les marchés, les adresses secrètes et les tantes qui viennent en France avec dans leurs bagages, des tonnes d’encre et de pinceau de fabrication artisanales, des sceaux personnalisé pour les élèves des membres de leur famille.

 Mais aussi…

  • Tu passes ton temps à apprendre, oublier, et réapprendre les dynasties chinoises, leur ordre et leurs dates.
  • Tu as en ta possession un tas d’infos intéressantes mais délicates à  replacer dans une conversation, telle que « la France a été le premier état à considérer la RPC » (République Populaire de Chine, pour les non-initiés) en 1964, ou encore « Nixon a fait un tour en Chine en 1972 ».
  • Tu connais limite mieux les massacres de l’Histoire de chine que ceux de l’Histoire de France.
  • Tu as appris à manger n’importe quoi avec le sourire (perso, je suis la seule de ma classe à encore me cacher lors de distribution surprise d’insectes frits à 9h du mat’….)
  • Mais parfois ton estomac n’est pas toujours près (les gâteaux de lune à la pâte sucrée, la garniture au haricots rouges et le cœur au jaune d’œuf cru à 8h du matin passent moyen)
  • Tu es incollable sur les différentes sortes de nouilles, de raviolis et autres petits paquets
  • Tu fait partie d’une secte au yeux de ceux qui apprennent une autre langue.
  • Tu sais faire des trucs assez classes avec un pinceau, mais tu te borne toujours à dessiner un caractère moche.
  • Tu as fait (au moins) une vingtaine d’exposés sur les cerfs-volants, la nourriture, la calligraphie, l’architecture ou encore la médecine.
  • Si tu as de la chance, ta classe a été scindée en deux après la quatrième pour se reformer en seconde, mélangée généralement  des espagnols ou italiens . Sinon, tu es dans la même classe jusqu’au choix des filières
  • Tu en as perdu pas mal en route (on était 32, actuellement, 22…)
  • Tu as la vague impression de faire partie d’une secte
  • Et finalement, tu es quand même fier de « faire chinois ».

Et vous ? Quelles langues  avez-vous choisi ? Et ça se passe comment ?

Paule

1 Commentaire

  1. Merci pour cet article

Laisser un commentaire